Constitution algérienne : que dit-elle en réalité ?

Publié le par amazigh

Constitution algérienne : que dit-elle en réalité ?

En réponse au forum article de 

ATTENTION DANGER PLANÉTAIRE ! CHARTE DE BOUTEFLIKA POUR LA PAIX ET LA RÉCONCILLIATION

Azul à ceux qui n’ont pas oublié leurs racines,

A lire certains, on plaindrait presque Bouteflika pour « l’injustice » dont je l’aurais accablé à travers mon article. Je suis bien disposé à lire vos arguments, mais vous n’en avez pas et ne risquez point d’en avoir.

Voici les neuf premiers articles de la constitution algérienne. Ils dénient tout simplement au peuple kabyle dont je fais partie, le droit d’exister.

- Article 1er : L’Algérie est une République démocratique et populaire, une et indivisible. L’État algérien est socialiste.

 

(Commentaire) : L’Algérie est une dictature populiste, uniciste. L’État algérien est scandaleusement capitaliste.

- Article 2 : l’Islam est la religion de l’État.

(Commentaire) : Le djihad est licite en Islam. Par conséquent, tous les non-musulmans sont passibles de la peine de mort. Dès lors, l’Algérie est officiellement un État islamiste et Bouteflika l’émir des croyants. Si vous cherchez la raison pour laquelle il a blanchi les terroristes, vous l’avez.

- Article 3 : L’Arabe est la langue nationale et officielle. L’État œuvre à généraliser l’utilisation de la langue nationale au plan officiel.

(Commentaire) : donc, la langue berbère est officiellement niée. Légalement, tous ceux qui l’écrivent et qui la parlent sont passibles des rigueurs de la loi. (Si vous pensez le contraire, dites-moi que le régime de l’Émir Bouteflika que vous défendez n’a jamais arrêté et torturé des militants kabyles pour le simple fait d’avoir détenu des documents en Tifinagh. Si vous ne savez pas ce que Tifinagh veut dire, faites un effort.

- Article 4 : La capitale de la république est Alger. L’hymne national, les caractéristiques du sceau de l’État et du drapeau sont définis par la loi.

(Commentaire) : cet article s’inscrit aussi dans le même élan d’annihilation de l’identité berbère. L’hymne national et le drapeau font l’éloge de l’arabo-islamisme à travers leur sémantique négationniste véhiculée par l’étoile et le croissant représentant les cinq piliers de l’islam.

- Article 5 : La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par la voie du référendum ou par l’intermédiaire de ses représentants élus.

(Commentaire) : rien n’est plus mensonger. La souveraineté nationale est usurpée par la maffia en place qui fait et défait les hommes et les institutions. Cette maffia a exacerbé la tendance islamiste pour l’opposer au mouvement démocratique représenté par les autochtones : les Berbères et plus particulièrement les kabyles qui n’ont jamais baissé les bras, depuis l’invasion arabo-musulmane de l’Afrique du Nord. Quant aux élections, savez-vous ce que veut dire le bourrage des urnes ?

- Article 6 : la Charte nationale est la source fondamentale de la politique de la nation et des lois de l’État. Elle est la source de référence idéologique et politique pour les Institutions du Parti et de l’État à tous les niveaux.

La Charte nationale est également un instrument de référence fondamental pour toute interprétation des dispositions de la Constitution.

Commentaire : cet article est l’expression de l’intolérance fondamentale du système en place. Il gèle définitivement tout élan démocratique et condamne l’Algérie au sous-développement perpétuel en interdisant la moindre expression contraire aux « valeurs » précédemment énoncées.

- Article 7 : L’Assemblée populaire est l’institution de base de l’État. Elle constitue le cadre dans lequel s’exprime la volonté populaire et se réalise la démocratie.

Elle est l’assise fondamentale de la décentralisation ainsi que de la participation des masses populaires à la gestion des affaires publiques à tous les niveaux.

Commentaire : L’Assemblée populaire est la première institution corrompue du pays, car elle entérine des Budgets, des textes contraires aux intérêts des Algériens, alors qu’elle est censée servir de contre-pouvoir.

- Article 8 : Dans leur composition, les Assemblées populaires élues sont représentatives des forces socialistes de la Révolution. la majorité, au sein des Assemblées populaires élues, est composée de travailleurs et de paysans.

Est qualifié de travailleur toute personne qui vit du produit de son travail, qu’il soit intellectuel ou manuel, et n’emploie pas à son profit d’autres travailleurs dans son activité professionnelle.

Commentaire : Nous savons tous que le travailleur algérien est un esclave, mal logé, mal nourri, réprimé et travaillant dans des conditions moyenâgeuses. L’État le paie juste assez pour continuer à l’exploiter. Le régime se sert de la centrale syndicale UGTA comme d’une soupape de sécurité pour canaliser la contestation ouvrière et mieux la museler.

- Article 9 : Les représentants du peuple doivent répondre aux critères de compétence, d’intégrité et d’engagement.

Commentaire : Je ne sais plus, si je dois rire ou pleurer. Si tu veux devenir responsable en Algérie, il faut être pourri, vil, servile, cruel, versatile et surtout ne pas hésiter à torturer et à tuer.

- La représentation du peuple est incompatible avec la richesse ou la possession d’affaires.

Commentaire : La représentation de soi, du clan et non du peuple est assujettie à la possession d’affaires, au plus grand cumul possible de biens mal acquis. En clair le prétendant à un poste quelconque au sein du régime en place doit montrer son attachement à ce régime par un zèle sans limites. Sa loyauté se mesure à son degré d’inféodation et de servilité au régime. Voyez comme le marché est structuré en Algérie. Chaque secteur, parfois chaque produit est la chasse gardée d’un général. Ainsi, a-t-on un général du chocolat, un autre de la semoule, un colonel de la bière et un autre du sucre ou encore de la banane.


Maintenant, laissez-moi rêver :

 

-  Le régime de Bouteflika n’a pas assassiné 126 jeunes kabyles ;
-  La Kabylie est autonome ;
-  Le kabyle est langue nationale et officielle ;
-  Les algériens et les kabyles vivent en sécurité dans la tolérance et la fraternité ;
-  Le droit de culte est consacré en Algérie ;
-  Les églises n’ont pas été saccagées ;
-  L’Algérie n’a pas perdu 200.000 morts ;
-  Tahar Djaout, Matoub Lounès, Massinissa Guermah et nos centaines de frères n’ont pas été assassinés ;
-  La Kabylie n’est pas surtaxée, paupérisée, envahie par des contingents de prostituées travaillant pour le bureau Kabyle d’Alger dans le cadre de la déstructuration programmée du tissu social kabyle.
-  L’État n’y encourage pas la drogue et la violence ;
-  La Kabylie est industrialisée, le chômage y est inconnu ;
-  Les couples ne sont pas persécutés ;
-  Les femmes ne sont pas des machines à laver et des pondeuses par la grâce du code de l’infamie ;
-  Les terroristes sont encore en prison ;
-  Zerhouni et Soltani n’ont jamais appelé au meurtre, etc. ;
-  Les gendarmes protègent les populations ;
-  Chirac n’a pas applaudi le terrorisme en Algérie pendant qu’il en protège la France ;
-  L’islamisme n’est pas un danger planétaire, car il ne cherche pas à s’imposer par la terreur.

Hand Assaflass

ATTENTION DANGER PLANÉTAIRE !

source:kabyle.com

Publié dans Libre opignon

Commenter cet article