hisoire berbère suite

Publié le par le berbère

Répartition géographique

Le berbère, langue essentiellement parlée, se décline en plusieurs formes dialectales. Il n'existe pas de chiffres officiels concernant le nombre de berbérophones.

Dans les îles Canaries, le guanche appartient au groupe berbère.

Le Maroc est le premier pays en terme de locuteurs berbérophones avec 40 à 65% de la population totale. On y parle le rifain (tarifit) dans la région du Rif au nord , le braber (tamazight) dans le Haut et le Moyen Atlas au centre du royaume et le chleuh (tachelhit) dans le Haut Atlas et dans l'Anti-Atlas au sud. Le zénète est parlé dans le nord-est, près de la frontière algérienne.

En Algérie (25 à 35% de la population selon Salem Chaker, professeur de l'INALCO) : d'Est en Ouest le chenoui avec le berbere de l'atlas blidéen (beni salah) à l'Ouest d'Alger( 150 000 locuteurs), le kabyle (4 millions) et le chaoui (2 million) à l'Est du pays. Au Sud se trouve également le berbère du Mzab, de Touggourt, de Ouargla, de Timimoun (zénète) et des ksours du sud oranais (Asla, Bousemghoun etc..)

En Tunisie le berbère est parlé au Sud ainsi que dans la région de Djerba,

le nefoussa en Libye, Aoudjila , Sokna et Zouara.( 20 % dela population)

le siwi parlé à Siwa : cette oasis du nord est de l'Egypte représente le plus oriental des groupes berbères.

Le touareg ou tamasheq est parlé dans le sud de l'Algérie, le sud est de la Libye, le Mali, le Niger et le nord du Burkina Faso.

En Mauritanie à medredra ( les zenaga)

I -Algerie

Le chenoui : est un dialecte semblable au chaouia. C'est la langue parlée par les berbères dans les régions allant de Bou-ismail jusqu'à Tenes qui est nommée par ses locuteurs haqbaylith.

Cette langue est plus proche du chaouia des Aurès et du rifain (Maroc) que du kabyle.

Le chaoui :est une variante de la langue berbère parlée dans les Aurès en Algérie.

Les Chaouis sont un des groupes berbérophones de l'Algérie, ils habitent principalement l'Aurès mais aussi les régions attenantes : les monts et les plaines de Belezma,la région des chotts et les hautes plaines constantinoises, soit une grande partie de l'Est algérien. Certains sont devenus arabophones, d'autre réservent l'usage de tachawit aux domaines familial et commercial ou utilisent couramment cette langue. La quasi-totalité des habitants de l'Est algérien sont d'origines berbères.

Le kabyle: ("taqbaylit") se rattache au groupe berbère. La Kabylie représentent la deuxième concentration de berbérophones après le Souss (Sud du Maroc). Estimée à 4 millions de locuteurs (la moitié des berbérophones algériens), cette langue est très proche du chenoui (parlé à l'ouest d'Alger et du chaoui (tachaouit) parlé à l'est de la Kabylie. Très attachés à leur identité berbère, les Kabyles revendiquent la reconnaissance du pluralisme linguistique dans la Constitution algérienne.

Le tamasheq  : également appelé touareg, tamahaq, tamajaq, tamachaq ou tamacheq) est la langue parlée par les Touaregs. Il s'agit d'une variante du berbère. Il appartient à la famille des langues afro-asiatiques. Le tamasheq est écrite au moyen de l'alphabet libyco-berbère, également appelé tifinagh. (ou, moins correctement, tifinar). Elle est parlée dans la région du Sahel, Niger, Mali, Burkina Faso, et aussi en Afrique du Nord, Algérie et Libye où elle est appelée Tamahaq.

histoire berbère  ..... a suivre >>>

Publié dans Dossiers

Commenter cet article

rassi 06/09/2005 19:40

Toutes ses langues ont un point commun : elles n'ont que trés peu d'interet.
Vous alez me dire c'est une richesse culturelle vieille de x temps, peut être mais c'est aussi et surtout un frein dans la création et l'entretien toujours trés délicat de la cohesion d'un peuple.
La langue n'est qu'un instrument, elle fait certe parti de notre identité mais en tant que chose acquise et non inée.
Ne voyait aucune connotation raciste dans mes propos, c'est juste une conviction personnelle. A l'image de la reproduction où à chaque meiose deux entités d'une meme espece fusionnent et se partage leur materiel génétique pour atteindre un polymorphisme "équilibré" par le principe de la dominance-recession génétique, l'espec humaine avance...
PS : je suis kabyle.