Tafsut Imazighen di T'betent

Publié le par Aurés

Manifestation culturelle à l’occasion du printemps berbère 20 avril à Batna

 

L’association de Thawmet a voulu participer à l’organisation d’une manifestation culturelle.  Au rendez-vous, un programme dont la conférence de Monsieur Sasi Abdi, ainsi que de la poésie, avec la présence des poètes chaouis Djimi, Yemasse N Laurès, Maache Azeddine, Abdi Sasi, Tarek  Merdaci, Zerfa Sahraoui et le doyen des poètes Abdelah Khelfa (Abrette N Webril).  Toutes leurs poèsies étaient en langue Tashawith et aucun n’est sorti des l’identité, de la langue, de ses racines, tafs, sut imazighen et hamurth

 

 Le sujet de la conférence dont le titre : «  L’Aurès entre l’authenticité et son déracinement » a été  donné par le même conférencier le 10/02/1995 au même endroit : le théâtre  régional de Batna, on peut y  voir l’importance vis à vis des exigences culturelles locales ainsi que le complexe d’infériorité et la méfiance qui caractérisent l'esprit de l'Auréssien  c est pour cela qu'elle était reprise.

 

  L’identité Chaouia Amazigh est délaissée par ses enfants qui ignorent beaucoup de leur histoire  parfois à cause d’un militantisme mal placé et à cause d’un opportunisme sans raison et sans fondement dues à l'ignorance.   Cette conférence avait beaucoup de consistance en matière socio –politique.  L’intervenant a ensuite développé la géographie des Aurès étendue  d’après Duspois, puis est passé à l’Aurès montagneux  (150 X 90 kms) qui forment le massif Aurassien et les Oueds et vallées qui le sillonnent.

Il reviendra ensuite sur  son passé historique, faisant référence à Hérodote, Pline, Strabon, Tacite, en passant par le Moyen âge avec Ibn Khadoun et la grande importance qu’il apportait à la société Berbérophone Zenate.  Il nous parle d’un potentiel humain très ancien, sur ce territoire qui faisait la moitié sud de Numidie.  Il note également l’influence des colonialistes qui en arrivant influençaient la population en matière de déracinement de leur culture puisque l’ensemble Greco romain, vandales, Byzantins, Arabes, Turcs, Français, ont tous forcé les autochtones à abandonner leur langue, leur civilisation, et souvent leur religion pour les faire  soumettre.  La résistance  a pu tenir seulement  en rase campagne, dans la montagne et ce jusqu’à nos jours, en sauvegardant le patrimoine Amazigh d’une manière un peu miraculeuse et parfois mystérieuse. »Est il possible qu’une fourmi puisse survivre au passage des engins compacts ? » et ce successivement durant une trentaine de siècles ?

A ce propos disait Salluste (L'amazigh est né pour mourir en défendant les causes des autres C'est un cadavre vivant)

 

 

En l’histoire contemporaine depuis le Badissisme ( les Oulemas) et le Messalisme( L’ENA) en  de 1931 où  Messali avait signé un accord idéologique arabo islamique avec Chakib Areslane à Genève, pendant que les oulémas et les Wahhabites travaillaient avec persévérance pour effacer l’identité Berbère en la remplaçant par l’Arabe l’opération s’est concrétisée après l’effervescence de cette idiologie dans le FLN qui a déclaré dès sa naissance que l’Algérie est arabe, déracinant ainsi par l’alliance politique et le Nassérisme, la population Berbere de son existence sauf que le miracle et l’élite francophone Algérienne leurs a barré la route

 

 L'aspect aussi spirituel développé depuis des siècles  en rationalisme   Moatazaliste  entretenue  entre  herisié Rahmanite   et la zaouïa Kadiria qui étaient toujours d un aspect  fondamentaliste pro-arabe  en dépit d'une rationalité berbère assis laïque en leur esprit .

Après l'indépendance la coopération Egyptienne en Algérie  étant choisis en égypt. .de parmi les plus arabistes du Nassérisme pour but de rallier l'Algérie définitivement  a l’orient Arabiste dont le Caire était la capitale de l’ensemble multicolore Arabe :noirâtre ;grisâtre, brunâtre "égypto syrien,irakien" la couleur de la carte d identité verdâtre et devenue sombre et entachée "d ou l’ Auressien se trouve coincé entre  dépendre d’un occident non reconnaissant et de l arabe dénigrant et effaçant. Il n arrive pas a s'identifier par ce que  l'école nationaliste maghrébin qu’a fondé Abdelkrim El Khatabi   et ses adjoints c est fais étouffée dans l oeuf et éclatée  en milles morceaux par la politique française qui a toujours  cherchée  que les alliés arabo-arabophone  a mettre sur la tête des berbères Auréssiens   et autres ;et ce durant son occupation de l Algérie

 

 L’Aurès d’aujourd’hui est pris par sa conservation culturelle, plus que linguistique en  pano -arabique.  L’influence occidentale se manifeste à travers les bâtisses urbaines, les moyens de transport, le commerce l’industrie.  Loin de s’imposer culturellement , l’Aurès psychologiquement, vit dans le mensonge et le monde de la science  ébruité culturellement entre le suivisme et l’indépendantisme et ballotte entre l’archaïsme et la modernité, entre la bassesse et la dignité. 

 

Seul a mon avis   l'intelo rationaliste stratège pourrais le sauvé de ce qu’il lui a était programmé administré a travers les siècles pour qu il arrivera a sa souveraineté .Cela  ne ce fera qu' a travers une  réflexion assis potentielle   et savante puisque beaucoup de personne diplômer  de haut  niveaux universitaire et appelée savants ne son en vérité que des savons avec tous les respects que je doivent a l élite qui veux faire sans savoir faire !

 

Un débat riche a été entamé après cette conférence clarifiant les avis et permettant les échanges probants et suscints 

 

Publié dans Langue Berbère

Commenter cet article