Appel du CIVIC Orann

Publié le par uyidir

  APPEL AUX DEMOCRATES

 Voilà bientôt quarante quatre ans que l’Algérie a accédé à son indépendance. Une indépendance qui devait permettre aux Algériennes et aux Algériens de jouir pleinement de toutes leurs libertés, en vivant dans une Algérie républicaine, démocratique,  sociale et prospère.

 Malheureusement, cet idéal, pour lequel le mouvement national et par la suite le FLN du 1er novembre 1954 avaient lutté, demeure jusqu’à aujourd’hui un vœu sans lendemain.  

Le pouvoir en place, ainsi que l’ordre institutionnel et politique qui lui sert de support, persistent dans leur refus de voir émerger cet Etat démocratique et social. Ils font barrage, par tous les moyens, à toute proposition patriotique qui vise à réunir les conditions pour l’édification d’un nouvel ordre. Ils refusent d’entendre toute autre voix. Ils rejettent toute autre pensée. Seule leur pensée unique s’impose et compte.  

Une telle perception et un tel comportement n’ont pu engendrer que déceptions et désillusions au sein du peuple algérien. Cet ordre n’a engendré que la perte des normes, des points de repère, des valeurs et des symboles de la société algérienne.

 

 

Aussi, au moment où les autres pays avancent, progressent, se développent et font accéder au mieux-être leur population, les Algériennes et les Algériens ne font que consommer les échecs de leurs gouvernants. Au moment où les autres peuples exigent de leurs dirigeants mieux et plus, nos concitoyens ne font que sombrer dans la décadence produite par l’ordre établi.  

 

Tantôt rebelles, tantôt résignés, ils ont le sentiment d’être ces damnés de la terre pour qui le marasme est leur destin. Car, en l’absence de solution alternative, ils ont l’impression d’être condamnés à vivre perpétuellement dans cet état de décomposition politique, économique, social et cultuel. 

 

D’où, il est devenu urgent maintenant, voire vital que la voie démocratique montre le chemin. Il est impérieux, aujourd’hui, que les courants démocratiques qui traversent la société transcendent leurs divergences et leurs sensibilités, en vue de s’unir dans un élan patriotique pour entrevoir, avec le peuple, la solution de sortie de ce cul-de-sac dans lequel a été mis notre pays à son corps défendant.  

 

A cet effet, un appel est lancé aux personnalités du mouvement national, aux personnalités politiques indépendantes, aux responsables des partis politiques de la mouvance démocratique et aux intellectuels qui prônent et luttent pour les valeurs de libertés et de démocratie, afin que leurs efforts ainsi que leurs luttes convergent en vue d’atteindre, dans les meilleurs délais, les objectifs suivants :  

 

1.    L’élaboration d’une plate-forme pour l’émergence et l’édification d’un ordre institutionnel démocratique. Cette plate-forme, à laquelle est invitée à souscrire toute la mouvance démocratique, doit non seulement déterminer les fondements ainsi que les valeurs du projet démocratique en Algérie mais aussi fixer les règles à observer pour sa concrétisation ;

 

2.    La conception d’un contre projet de constitution, à celui qui est élaboré par le régime en place. Ce contre projet doit être soumis aux Algériennes et aux Algériens, en tant que modèle alternatif. Pour cela, il doit puiser son originalité de cette plate forme ;

 

3.    La proposition au peuple algérien d’une solution -programme, à même de faire sortir l’Algérie de cette impasse politique, économique, sociale, culturelle et cultuelle.  

 

A travers ces trois objectifs, il y a lieu de mettre en place une démarche qui conduit l’Algérie à une double rupture : une rupture par rapport à la démarche du régime en place et une rupture par rapport à l’expérience passée des démocrates.

 Par ces trois objectifs, il y a lieu de démontrer, en outre, au peuple algérien que le courant démocratique est une force de proposition et de construction alternative. Il n’est pas là pour apparaître, seulement, lors des élections.       

 Par le biais de ces trois objectifs, il y a lieu, par ailleurs, d’occuper l’espace politique, malgré l’embargo imposé aux démocrates et aux opposants, pour ne plus laisser le pouvoir seul face au peuple.  

 

 

 

Enfin, et surtout, il y a lieu de faire comprendre aux Algériennes et aux Algériens qu’un autre choix existe, qu’un autre choix est possible.

               Fait à Oran, le 17 septembre 2005Le CIVIC

 

Publié dans Communiqués

Commenter cet article