web Amazigh

Publié le par Aurés

A lire sur le web Amazi
imgimgimgimgimgimgimg
Articles

L'on se pose toujours des questions sur le curieux soutien qu'apporte la France au régime algérien. L'on se demande aussi quel intérêt a la "République" a soutenir et protéger un régime aussi corrumpu et voyou que le régime algérien. La complicité de la France va jusqu'à tolérer sur son sol la présence d'une force policière algérienne nombreuse. Parmi les missions de cette force policière (Sécurité militaire - S.M.) l'infiltration des associations berbères. Cette stratégie d'infiltration et (...)
Notre objectif ici sera de faire le bilan de l'existant en matière d'enseignement du berbère, d'identifier et d'évaluer les évolutions récentes et de nous interroger sur les perspectives éventuelles de développement. S'agissant d'apprécier la situation du berbère en France par rapport à l'Etat et à son intervention dans le domaine, on ne traitera bien entendu que du secteur institutionnel (Education nationale), à l'exclusion du champ associatif. 1. Le berbère en France : l'existant (...)
Un article de Saïd Chemakh qui est une analyse des conditions dont ont travaillé les producteurs de la littérature écrite kabyle.
Lors de la 2ème veillée funèbre organisée à Tanina (Paris XI), le dimanche 12 décembre 2004, Saïd Chemakh a présenté une synthèse de l'œuvre de Mohya. Il a accepté de livrer sa recherche aux lecteurs de tamazgha.fr Cet article n'est qu'une version provisoire de l'étude que Saïd Chemakh prépare sur Mohya.
Publié en 1998, l'ouvrage de Paulette Galand-Pernet reste, des années après sa publication, un ouvrage fondamental pour la recherche en littérature berbère. Il est, en effet, l'un des rares ouvrages à aborder des questions aussi importantes que le fonctionnement des systèmes littéraires berbères.
Nous publions ci-dessous un article de Salem Chaker paru dans : Mélanges David Cohen (Etudes sur le langage, les langues, les dialectes, les littératures offertes par ses élèves, ses collègues, ses amis, présentés à l'occasion de son quatre-vingtième anniversaire), textes réunis et édités par Jérôme Lentin & Antoine Lonnet, Paris, Maisonneuve & Larose, 2003, p. 149-158. Quelques observations sur la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Un exercice pratique de (...)
L'enseignement de la langue amazighe est enfin expérimenté par l'Etat marocain après au moins deux années d'attente à cause de l'absence d'une réelle volonté politique. Car depuis la décision d'intégration de cette langue dans l'école marocaine en 2002, sans préparation préalable ni programme précis, lors du mandat d'Abdellah Saaf, alors ministre de l'Education, nombre d'observateurs et militants avertis étaient convaincus qu'il s'agissait là d'un nouveau leurre. Comment peut-il être (...)
Par Moha Moukhlis PREMINAIRES : Pour le Petit Robert, la littérature est "l'ensemble des œuvres écrites dans la mesure où elles portent la marque de préoccupations esthétiques, la connaissance, les activités qui s'y rapportent. Usage esthétique du langage même non écrit (littérature orale)". Cette définition est idéologique dans le mesure ou elle marginalise la littérature orale et donc les sociétés dont la culture et la tradition sont orales (contes, (...)
7 janvier 2004 Tifinagh
Après l'interview accordée à Kra Isallen, il nous livre un article par le biais duquel il donne son analyse de cette décision qu'il qualifie de précipitée et de dangereuse pour l'avenir du développement de tamazight dans cette partie de Tamazgha. A propos des tifinagh et de la prise en charge de tamazight : Le point de vue d'un berbérisant kabyle Par Salem CHAKER (*) La décision récente d'adopter les tifinagh pour la graphie usuelle du berbère au Maroc est à la fois précipitée, mal (...)
Publié pour la première fois en 1985, dans la revue TAFSUT-Etudes et Débats n° 2, cet article reste toujours d'actualité. Contrairement à certaines analyses émanant de l'opinion intellectuelle nord-africaine ou occidentale qui soutiennent l'existence d'une liaison étroite entre l'affirmation identitaire berbère et les "élites kabyles", Salem Chaker montre, dans son analyse, comment ces "élites" peuvent être de tous les combats sauf du combat amazigh... LES BASES SOCIALES DU BERBERISME (...)
La conférence oragnisée par Tamazgha le 28 juin 2003 à Paris avec Abdellah Bounfour sur la question berbère au Maroc a permis au public présent de comprendre la "politique berbère" de la monarchie marocaine. Pour partager l'apport de cette conférence à la compréhension de la question amazighe au Maroc avec les internautes, nous reproduisons ci-dessous le texte de la conférence ainsi q'un résumé des débats. Nous tenons à remercier vivement monsieur Bounfour pour son aimable collaboration. (...)
"La question berbère dans le Maghreb contemporain : éléments de compréhension et de prospective" par Salem CHAKER (Professeur de berbère à l'Inalco) 1. Le poids démographique des berbérophones : des minorités "encombrantes" En premier lieu, on insistera fortement sur l'importance du paramètre démographique : en Afrique du Nord, du moins en Algérie et au Maroc, les berbérophones sont certes minoritaires, mais ils constituent des minorités conséquentes puisqu'on peut les évaluer à 20-25% (...)
Une table ronde voulue comme une contribution à l'instauration d'un débat au sein du mouvement amazigh. Un débat rendu nécessaire par l'état de division et la fragilité dans lesquelles se trouve ce mouvement. C'est du moins ce que l'on pouvait retenir de la présentation annonçant le débat organisé par l'ACB le 23 avril à Paris. L'intitulé du débat fait croire à l'existence d'un mouvement berbère en Algérie, or que l'on sait que le mouvement berbère n'existe, malheureusement, qu'en Kabylie (...)

Publié dans L'info de Tamezgha

Commenter cet article