Lancement d’une revue littéraire amazigh

Publié le par Aurés

" Écrire n’est pas pour les Berbères un acte gratuit, un loisir mondain, c’est un acte de résistance". Voilà présenté le thème du premier numéro de Tifin. Cette revue est attendue pour la fin du mois de janvier. Le projet rassemble des auteurs et chercheurs de tous horizons parmi lesquels Nabile Farès, Saïd Doumane, Kamel Naït Zerrad.

 

La revue Tifin parle de littérature berbère, dans tous les sens du verbe parler. C’est une publicationd’analyses et de critiques. Mais elle va plus loin et fait appel au multimédia pour faire entendre la subtilité de la littérature orale.

http://www.revuetifin.net

Présentation

 

 

Tifin Notre découverte est une revue de littératures berbères qui promeut les expressions littéraires et artistiques en langue berbère, dans leurs variétés linguistiques et leurs diversités génériques. Elle vise à les faire découvrir et à les interroger.

 

 

            Les études littéraires berbères ont longtemps été négligées en tant que telles. On a préféré étudier la littérature (jusqu'à récemment, essentiellement orale) comme un miroir dans lequel se reflétaient les sociétés berbères. Comme expression du groupe, elle était vue à l'aune de son utilité, de sa fonction sociale et de ses préjugés " idéologiques. " L'esthétique des formes littéraires passait alors au second plan. Voilà donc le manque que Tifin Notre découverte vient combler avec modestie, mais rigueur.

 

 

            Cette revue présente un reflet de la culture berbère vécue. Elle fait le lien entre la culture orale qui perdure et la littérature écrite en devenir. Oralité et écriture seront donc côte à côte dans les lignes de cette revue. Car il faut bien l'avouer, nous sommes dans un moment de transition, où la lecture n'est pas encore une activité banale pour les Berbères. Cependant la diffusion de chansons, de poèmes, de sketches, de pièces de théâtres met en place une nouvelle forme d'oralité. Métamorphoses et permanences de la culture orale traditionnelle qu'il ne faut pas   négliger.

 

            Car pour comprendre la vivacité de la nouvelle littérature, il faut aussi l'entendre. ...  >>>

Publié dans Langue Berbère

Commenter cet article