PAS EN NOTRE NOM

Publié le par Aurés

PAS EN NOTRE NOM

Les gardiens du temples, les préhistoriques (qui se font passer pour des historiques) les applaventristes , une fois encore montent au créneau, pas pour être contre cette fois-ci , comme ils l’étaient contre la tenu du séminaire nationale de Tamazight à Batna, ou encore l’appellation de l’aéroport Imedghassen, cette fois , cupidité exige , et intérêt en marche, d’une manière spontané, sans qu’on le leur demande ou qu’on leur ordonne( sic) ils implorent le président Bouteflika la mort dans l’âme , pour qu’ils se présente , pour un troisième mandat présidentiel. Qu’ils le fassent, s’il faut même qu’ils le prient (et ils le font déjà) mais pas au nom des Aurès, pas en notre nom, nous les Auressiens. Nous ne voulons ni, un siège de député, ni stations d’essence en plein centre ville de Batna, ni bazar, ni verger de pommiers, ni faux diplômes, ni poste de responsabilité éjectable, ni lignes de transport en commun, ni lignes de crédits, ni emprunts sans intérêt, ni une prise en charge à l’étranger, ni bourse à l’étranger, en tout et pour tout, nous ne sommes pas à vendre, nous ne sommes pas une réserve de chaoui de service. NOUS NE SOMMES PAS INTERESSES.Par contre ceux que vous avez gracieusement rémunéré et depuis fort longtemps (association IQRA, association premier novembre, la défense de la langue Arabe…) pour maintenir la région dans l’analphabétisme, dans l’ignorance, l’enclavement, le tribalisme, le charlatanisme pour faire taire t’kut, kais tinibaouine, oui c’est vrai, ils ont siphonné les milliards pour se servir, beaucoup d’entre eux sont passés au trépas ( et c’est tant mieux) , mais que peuvent-ils faire contre une jeunesse, qui conçois le monde de gauche à droite , comme les aiguilles d’une montre, c'est-à-dire comme il se doit, pas comme vous l’auriez voulu, vos sbires ont échoué .Demain nous irons déposer une gerbe de fleur à la mémoire de Mustafa U boulaid, mais nous irons aussi rendre visite, à l’aïeul Imedghassen, pour lui dire notre attachement à notre identité à notre histoire millénaire, mais surtout pour vous dire à vous Monsieur le président Bouteflika, que ceux qui vous chantent tel des renards, pour vous plaire, obtenir grâce et bénédiction, attendent toujours la contre partie (les miettes que vous leur jeter). L’Aurès n’est pas un distributeur de légitimité, si vous n’en avez pas, sachez Monsieur le président que ça ne se vend pas, ça ne se loue pas, ça ne se prête pas, notre référence reste l’histoire, et la votre c’est quoi.

AURES LES ENFANTS DE MASSINISSA

Publié dans Communiqués

Commenter cet article