Les Anti-G8 à Rostock ...

Publié le par Aurés

Les anti-G8 donnent le coup d'envoi, dans la douleur

TF1-LCI : Manifestation anti-G8 à Rostok, en Allemagne, le 2 juin 2007
Crédit Photo : TF1-LCI 
Manifestation anti-G8 à Rostok, en Allemagne, le 2 juin 2007

Plus de 150 policiers ont été blessés samedi en marge de la manifestation altermondialiste à Rostock, en Allemagne, organisée contre le sommet du G8.

Les échauffourées entre autonomes et policiers ont éclaté dans l'après-midi à la fin du grand défilé anti-G8.

D.H. (avec agence) - le 02/06/2007 - 18h10

Le bilan est vite monté. Plus de 100 policiers ont été blessés, dont plusieurs grièvement, lors de violentes échauffourées à Rostock, dans le nord-est de l'Allemagne, avec des militants autonomes pendant une manifestation contre le G8 prévu à partir de mercredi non loin, à Heiligendamm, selon la police. Alors que la manifestation de 20.000 à 80.000 altermondialistes, pacifistes ou écologistes,  prenait fin, des échauffourées entre autonomes et policiers ont éclaté dans l'après-midi près du lieu d'arrivée des cortèges, au port de Rostoc.

Le défilé avait été jusqu'alors pacifique. Mais des manifestants autonomes ont commencé à jeter des pierres, bouteilles, cocktails molotov et divers engins pyrotechniques sur les policiers anti-émeutes, donnant lieu à des heurts intenses, mais d'assez courte durée. Une course-poursuite entre les policiers et les manifestants auteurs des violences s'en est suivie dans les rues avoisinantes. Une porte-parole de la police a aussi fait état de dégâts matériels, notamment des bris de vitre, et deux policiers ont été légèrement blessés. Les fauteurs de trouble ont été dispersés au canon à eau. Mais une partie du quartier du port était, en fin d'après-midi, en état de siège selon un correspondant de l'AFP sur place. A intervalles réguliers, les policiers, portant casque, bouclier anti-émeute et matraque, chargeaient et poursuivaient dans les rues des petits groupes de manifestants. Des pierres, y compris des pavés arrachés de la chaussée, volaient ici et là. Une odeur de gaz lacrymogène empestait l'asmosphère. Dès le départ, 2.000 manifestants rassemblés dans un groupe intitulé "Schwarzer Block" (Bloc noir), et pour la plupart encagoulés, avaient été repérés par la police.

De très nombreux policiers étaient déjà présents dans les rues de la ville en milieu de matinée, tandis que de nombreux commerces gardaient porte close. "Nous avons annoncé une manifestation absolument pacifique, et nous pensons que ce sera effectivement le cas, qu'il n'y aura pas de débordements", avait auparavant déclaré l'organisation Attac. Cet optimisme était partagé par la cellule spéciale de la police chargée de la sécurité du G8, la Kavala. "Nous n'avons pas d'indication que des groupes violents se soient infiltrés parmi les manifestants. Nous espérons et nous nous attendons à un défilé dans le calme", avait dit une porte-parole de la police.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article