Le mouvement Aârch a Bruxelles

Publié le par Aurés

  Abrika à Bruxelle
Invité comme conférencier par l’association  Imazighen pour fêter le vingt septième printemps Berbère à Bruxelles et ce le 28/4/2007.
 L’intitulé de la conférence était ; » Le statut des langues et la place du Tamazight en Algérie ».
 
   Abrika nous a rappelé l’historique du printemps noir, les négociations avec le gouvernement, la création d’une Académie.  Il a également retracé l’histoire de l’arabisation qui tend à faire disparaître la langue Tamazight.  Cette arabisation a commencé par l’enseignement, la justice…  Le français n’était qu’un outil administratif, mais aucune place n’était laissée au Tamazight.  Sachant que le combat n’est plus seulement juste pour une langue, mais aussi pour une culture et une identité qui ont toujours été interdites ; nous continuerons donc à fêter le nouvel an Berbere « Yennaer » «le 12 janvier et nous demandons qu’il soit un jour de fête chômé et payé.
 
Rappel historique.
 
Le printemps Berbère :
 
   Le printemps Berbère désigne l’ensemble des manifestations réclamant l’officialisation de la langue tamazight et la reconnaissance de l’identité de la langue berbère en Algérie à partir de mars 1980 en Kabylie et à Alger.  Il s’agit du premier mouvement d’opposition aux autorités depuis l’indépendance du pays en 1962.
 
Le printemps Noir :
 
   Le printemps noir est le nom donné à la révolte de la Kabylie , aux violentes émeutes qui y ont éclaté et à leur répression par l’armée algérienne entre avril 2001 et avril 2002.
    Le 18 avril 2001, un jeun lycéen Berbère (Massinissa Guermah) est exécuté d’une rafale d’arme automatique par les gendarmes dans les locaux de la gendarmerie de Deni Douala ( Grande Kabylie).  Cet événement qui s’inscrit dans une série de manifestations hostiles à la jeunesse de la part des forces de l’ordre, sera, de par son extrême gravité, l’élément déclencheur de l’insurrection Kabyle.
 
Qui est Belaid Abrika ?
 
   Il a toujours milité dans le mouvement Berbère.  Il était présent dès son plus jeune âge.  On pourrait dire qu’il est le fruit du printemps Berbère.  Né en 1969, professeur d’économie à l’université de Tizi Ouzou, il est le délégué de la coordination des Aarchs, Daïras et communes de Tizi Ouzou.
  Suite aux évènements du printemps noir de Kabylie de 2001, Abrika se fait un nom en rejoignant les CADC.  Hostile dans un premier temps à tout dialogue avec le gouvernement, il appellera au boycott des élections législatives de mai 2002 et municipales d’octobre 2002.  Arrêté le 24 octobre de la même année, il sera libéré en juin 2003.  En 2004, il accepte le dialogue avec le gouvernement ce qui lui vaudra d’être considéré comme étant un traître.
Aârch :
    Est un groupe social d’individus ayant en général un même ancêtre et formant une unité aux mêmes intérêts politiques et sociaux.
 Un Aârch peut être d’une taille d’une famille comme il peut englober l’ensemble des habitants de toute une région.  Certaines régions de l’Algérie à titre d’exemple avaient dans le passé ce système social de Aârouch.  Plusieurs Aârouchs peuvent constituer un peuple.
Le Mouvement Citoyen "Aârch" : est un mouvement de la société civile ;un mouvement moderniste qui lutte pacifiquement pour la citoyenneté ,la démocratie et les liberté . le combat du mouvement s'inscrit dans la continuité de l'esprit du congre de la Soumam initié par Abane Ramdane.
Entretien avec Abrika.
Est ce la première fois que vous venez en Belgique ?
 
Abrika : Oui, c’est la première fois, j’en  suis content et j’espère que ce ne sera pas la dernière.
 
Comment avez vous trouvé la Belgique et les belges ?
 
Abrika : Très vivants, ouverts et châleureux.
 
Ce sera quand cette Académie ?
Abrika : Prochainement, un texte est en préparation, tout ce que je peux vous dire c’est que c’est une académie de langues, pour que la langue soit plus vivante, plus riche, qu’elle soit reconnue et qu’elle évolue.
 
 
Est ce que cela  veut dire la mort du HCA (haut Comité d Amazihité) ?
 
Certainement !
 Comment avoir une langue tamazight compréhensible par tous en Algérie ( Kabyles, Chaouis, M’zab, Touaregs….) ?
Abrika : Laissez la réponse aux spécialistes, c’est le rôle des linguistes et académiciens.  Par ailleurs, il faut savoir qu’un conseil supérieur verra le joue et s’en occupera.
 
Au sujet de la révision de la Constitution ?
Abrika : Le mouvement est favorable, soulignant que cette révision doit officialiser Tamazight, instituer plus de tolérance religieuse et instaurer plus de contrôle dans les différentes institutions.
 
Que devient le mouvement Aârchs dont on entend moins parler ?
Abrika : Le mouvement Aârchs n’est pas mort et n’a pas besoin de démontrer sa capacité de mobilisation et d’adhésion de la population à ses revendications.  Si les discussions avec le gouvernement sont terminées, il reste encore l’application des revendications .
 
Lors des dernières législatives, vous étiez pour le boycott de ces élections (2002) .  Quelle est la réaction du mouvement aujourd’hui pour les législatives du 17 mars 2007 ?
 
Abrika ; C’est de laisser le choix libre, on ne donnera plus de consigne de vote car plusieurs délégués du mouvement se sont présentés sur des listes indépendants ou sur certains partis politiques.  Mais ils ne se sont pas présentés au nom du mouvement.
Après ce long combat, l’emprisonnement, les agressions, la grève de la faim etc… contre vous et contre les membres du mouvement, êtes vous optimiste ou pessimiste pour voir le Tamazight reconnue comme langue, culture, et identité officielle ?
Abrika : Le combat continue.
 
Si je vous dis ces mots qu’en pensez vous ?
Algérie ?
Abrika : sa prospérité.
Kabylie ?
Abrika : son développement et sa modernisation.
Les Aurès ?
Abrika :A l’histoire et à la justice sociale.
Tamazight ?
Abrika : notre berceau.
Ideflwene ?
Abrika : un groupe que j’aime écouter, y compris toutes les chansons engagées.
 
Un mot pour les Amazighs et tous les Algériens :
NOUS VAINCRONS QUEL QUE SOIT LE PRIX A PAYER .
 
Merci  Abrika et au prochain printemps Berbère.
 
 
Entretien par :zalatou nino  à Bruxelle  Le 28/04/2007

Commenter cet article